17.09.13 TRAVERSER LA FRANCE EN VELO

Le 26 juillet dernier, un habitant de Longues-sur-Mer m’écrivait ceci :

« Des nouvelles de Montélimar où il fait 35 ° à l'ombre.

Du 8 au 24 juillet, j'ai réalisé mon défi de rallier Longues/mer à Montélimar à vélo.

– 13 étapes

– 3 jours de repos

– 1222 km parcourus à raison de 80 à 120 km par jour

– 4 kg perdus en 2 semaines

– aucun problème de vélo. »

Il m’est apparu intéressant de vous faire partager ce périple effectué par ce couple et leurs 2 enfants (Monsieur à vélo, le reste de la famille en voiture), et Monsieur LOIR a concocté l’article ci-dessous.

Patrice MICHEL webmaster bénévole du site internet de Longues-sur-Mer

Cliquez sur cez lien et laisser passer 30 secondes de publicité http://www.youtube.com/watch?v=xZSvDn05Pz8

Prologue

Si je…, y a qu’à…, faut qu’on…, ces formules simplistes régulièrement entendues ressurgissent lorsqu’un rêve évoqué peine à se réaliser.

Et pourtant, tout défi peut voir le jour pour peu qu’un projet mûri de longue date trouve son aboutissement le Jour J.

Développer son potentiel physique, déterminer ses capacités psychologiques, trouver la période adéquate, puis le moment est venu de ne plus reculer. La réalité a dépassé la fiction, l’aventure peut commencer.

Depuis longtemps l’idée de traverser la France, à la découverte d’autres paysages et de soi-même, m’avait traversé l’esprit. Je pensais le faire à pied, la juste mesure du temps calée sur le pas de l’homme, afin d’apprécier l’instant présent à sa juste valeur. Mais il faut un mois pour le réaliser, pas très raisonnable lorsqu’on est chargé de famille, tout à fait irréalisable quand une tendinite au tendon d’Achille rappelle constamment l’impossibilité de dépasser une heure d’effort pied posé au sol.

La réalisation de voies vertes sur les chemins de halage des canaux et rivières et sur les anciennes voies ferrées  allaient forger mon destin.

Le vélo, rouler au maximum à plat, je ne veux pas dire sans en avoir l’air dans la chambre, au risque de me faire traiter de dégonflé. Non, suivre les trajets sans grande déclivité, en évitant les reliefs, irritants pour la monture et l’organisme. Pas d’appui du talon, roue libre dans les descentes, le vélo c’est le pied. Et avec ça la possibilité de faire une distance journalière quatre à cinq fois plus élevée que celle déterminée par la foulée pédestre. Deux semaines suffisent pour dépasser les 1000 km. Roues, engrenages, du matériel hautement performant, le travail à la chaîne sans aliénation. Le vélo, voilà la solution !

Le trajet s’est imposé de lui-même. En regardant la carte de France des voies vertes existantes, il a été facile d’élaborer un parcours en suivant les vallées, descendant ou remontant les cours d’eau au gré du cheminement des rivières, en essayant de les relier sans trop emprunter de grandes routes ou de grosses difficultés techniques.

Aller de Longues/mer, lieu d’habitation, sur les plages du débarquement du Calvados, à Montélimar, endroit où la famille séjourne régulièrement en période estivale pour cause de retrouvailles générationnelles.

La Vire, la Mayenne, la Loire, le Cher, le Beuvron, la Sauldre, la Loire à nouveau et le Rhône pour finir, nous ne sommes pas à cours d’eau, une véritable trame verte et bleue du Nord-Ouest au Sud-Est, 1200 km à la découverte de la biodiversité des ripisylves.

Deux semaines de pédalage, suffisant pour se replonger dans le siècle passé. Car le Jour J s’est lui aussi imposé en cette année 2013.

Du point de vue cycliste, c’est l’année du 100ème Tour de France. Du cheminement personnel intérieur, c’est l’année du 100ème anniversaire de la naissance de celle qui m’a donné le jour, l’occasion d’une quête initiatique à la recherche du passé proche, revisiter ce 20ème siècle qui s’est volatilisé il y a 13 ans déjà.

L’année du centième, la possibilité de faire 100 km par jour, à la redécouverte des 100 dernières années, de 1913 à 2013 en 13 étapes.

Le programme est sur le papier, les muscles sont échauffés, le vélo est en ordre de marche, ou plutôt de roulage.

Y a plus qu’à, ce sera du 8 au 24 juillet. Le rêve devient réalité.

Dominique LOIR

arrivée à Montélimar balade à Digoin
camping des gorges de la Loire canal de la Sauldre
départ de Longues gabarre à Savonnières
le Rhône à Printegarde les Monts du Lyonnais
Marseille les Aubigny nuit à Tournon
soirée à Nevers St Pierre de Boeuf

TRADUCTIONS

Nouveau la newsletter de Longues sur Mer

Soyez immédiatement informé.
Des nouveautés.
Des informations importantes.
Des notifications urgentes de la mairie
inscrivez-vous

Longues sur Mer en Normandie proche Bayeux.

Venez y découvrir son patrimoine divers.
De l'abbaye bénédictine Sainte-Marie fondée en l'an 1168 par Hugues WAC à la célèbre batterie de Longues, vestige de la seconde guerre mondiale.
Notre école et ses commerces dans le centre du village séparent un paysage bocager au sud
et la plaine au nord finissant par une falaise escarpée.
Un condensé de la Normandie vous y attend.
Mer
Campagne
Commerces
Artisanat
Productions cidricoles
Histoire
Loisirs
contact mail

La Page Facebook de la commune

Radio

Recherche

Marées

marée